Les ciels déchirés du Pajottenland

Images d’une randonnée de novembre autour du château de Gaasbeek dans le Pajottenland, terre de Tijl Uylenspiegel et de la gueuze.

Nous avons tourné pendant deux heures autour de nuages noirs qui nous menaçaient sans jamais nous attaquer. Un peu comme si le noir du ciel et le jaune des champs de maïs s’unissaient pour dresser devant moi un drapeau flamand…

Il reste que ce pays est beau, que les gens y sont tristes, qu’ils se renferment dans leurs villas tellement individualisées que le paysage s’en trouve balafré. La terrible réalité du territoire flamand c’est qu’il est d’abord terre d’individus. Un peu comme si la seule vision qui comptait était celle que l’on pouvait avoir de sa propriété, vue de l’intérieur. Et que pour l’extérieur, l’expression de la richesse prévaut sur l’équilibre du paysage.

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l'enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison...), et conscient de la vanité d'avoir raison.