Merci Maggie !

La question de l’expulsion d’êtres humains du territoire belge, justifiée par leur lieu de naissance, ou même par le fait qu’ils émargent depuis 3 mois à notre système solaire sur au moins eut pour moi une vertu: remettre en place mes priorités en termes de valeurs.Je ne peux comprendre que le fait d’être né en Afghanistan, au Congo, au Maroc, en Chine, en France, en Italie ou n’importe où puisse faire de vous une personne condamnée à ne pas pouvoir s’installer ailleurs dans le monde. Je ne peux le comprendre pour un belge qui se voit refuser le droit de s’installer ailleurs non plus.

Mais dans mon pays, des gens en qui j’avais confiance, à qui j’ai donné ma voix lors d’une élection précédente, sont aujourd’hui dans un gouvernement qui cautionne la déportation des Afghans, des Congolais ou des Marocains, qui les ligote et les entasse dans des avions, comme d’autres en entassaient dans des wagons à bestiaux. Un gouvernement qui décide qu’une femme italienne ou française, qui après avoir travaillé se trouve depuis plus de trois mois sans travail, doit être renvoyée chez elle.

Tout cela parce qu’une dame, docteur en médecine, Ministre de ce gouvernement exécute une loi qui participe d’une logique d’envoi à la mort de gens qui gênent ses électeurs.

Tout cela parce qu’il est plus simple en société de dire que ce sont les étrangers qui viennent prendre « nos » emplois, que ce sont les étrangers qui viennent vivre de « nos » allocations, que ce sont bien entendu les étrangers qui arrachent tous les sacs des petites vieilles dans la rue et que ce sont évidemment les étrangers qui sont tous drogués. Et que donc, en enlevant les étrangers, il n’y aura plus de chômage, plus de vols, plus de drogués.

Parce que le rôle d’une femme ou d’un homme politique, ce n’est pas d’expliquer des choses parfois un peu plus compliquées à ses concitoyens: ça prendrait trop de temps et il est tellement facile de donner une explication simple. C’est donc que ces femmes, ces hommes politiques n’ont pas beaucoup essayé. Ou bien ils et elles sont tellement mal informés qu’ils n’arrivent pas à expliquer.

Alors d’autres citoyens prennent la parole. Des citoyens qui expliquent, qui osent passer de temps en temps quelques heures au coeur des forums les plus populistes, à expliquer avec des mots, avec des chiffres, simples et vérifiables, ces choses complexes que les politiciens n’expliquent pas.

Des citoyens qui ne se découragent pas quand on leur dit « Mais prenez-les donc chez vous ces étrangers » (et ça, c’est quand ils ont à faire avec des gens polis), mais qui ré-expliquent que le phénomène migratoire n’est pas un envahissement de notre pays par des terroristes salafistes, que donner à une personne le droit de s’installer dans un pays, c’est simplement ce qui a permis aux arrières-arrières-arrières grands parents de 80% de notre population d’y venir – et qui fait donc que nous y sommes. Des citoyens qui mettent en avant la richesse économique (ce n’est pas notre population vieillissante qui va payer les pensions dans 30 ans), sociale et humaine de ceux qui nous rejoignent ici.

Alors, à l’approche des élections du 25 mai prochain, j’ai envie de dire Merci Maggie. Cette année, je vais pouvoir faire un choix basé sur des valeurs, un choix ou pour une fois je ne devrai pas me dire « quel nuance de gris vais-je choisir? ». Un choix qui me dirigera sans doute vers un parti dont le programme économique ne me convient pas, dont le programme fiscal risquerait de me faire mal. Qui me coutera peut-être certains de mes amis (mais ceux-à le sont-ils vraiment, s’ils ne tolèrent pas mes idées ?).

Parce que à la fois je ne me fais pas d’illusion sur la vague populiste qui va balayer le nord et peut-être le sud de notre pays, mais aussi j’ai la foi que c’est au pire moments d’une démocratie que l’on reconnaît ses défenseurs. Et une démocratie qui expulse, qui déporte, qui envoie à la mort, au viol, à la torture, à la déchéance économique et humaine la partie la plus fragile de sa population n’est pas digne de son nom.

Je me contrefiche aujourd’hui de savoir qui sera au gouvernement demain: VB, NVA, CD&V, OpenVld, SP.A, PS, MR, CDH, FDF, FN,RWB… tout ceux-là se font peur les uns les autres, mais finiront par trouver un accord à quelques uns. Et quand j’écoute les ténors d’Ecolo-Groen, j’ai peur qu’ils n’acceptent certaines sirènes pour monter à l’un ou l’autre échelon de pouvoir. Ils sont maintenant trop près du pouvoir que pour ne pas baigner dans l’haleine de ceux qui s’y sont installés.

Si le 25 mai tombait demain, j’irais sans doute perdre ma voix à la gauche de la gauche, en sacrifiant mes convictions économico-sociales centristes pour m’assurer que je ne me sentirai plus jamais complice lorsque j’apprendrai qu’à nouveau un français, une italienne, un congolais ou un afghan va être expulsé vers son pays d’origine.

Merci Maggie de m’avoir permis enfin de clarifier mes idées, de mettre mes priorités là où elles doivent être à mes yeux.

La répression va se faire plus forte. Comme de juste, Maggie croira avoir réduit le nombre d’illégaux, alors qu’elle n’aura qu’augmenté le nombre de clandestins. On n’arrête pas une rivière en crue. Peut-être un jour quelqu’un se souviendra-t-il de ce vieux conte chinois, l’histoire de Yu le Grand. En attendant, c’est tout à gauche que j’irai sans doute mettre mon vote à l’aube du prochain été. En espérant qu’un jour, nous  cesserons de construire des barrages pour arrêter les fleuves en crue, et que nous aussi, nous construirons des canaux d’irrigation.

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l'enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison...), et conscient de la vanité d'avoir raison.