J0 et J1: de Bruxelles à Rupt sur Moselle

Vous savez où ça se trouve, vous, Rupt sur Moselle ? Nous en tous cas, on n’en savait rien jusqu’à cette après-midi. Mais je vous raconterai cela plus tard.

Donc, hier était le jour « 0 » du premier voyage avec BlueDream. J’écris « 0 » parce que, soyons honnêtes, aller faire un tour le long du vieux canal à Ronquières, passer dire bonjour à belle-maman puis fêter les 60 ans d’un ami dans le Brabant Wallon, ça ne peut pas vraiment compter comme un « voyage » en camion aménagé…

20140726_150231Illustration 1: Premier arrêt « officiel » de BlueDream: les abords du bief 27 le long du vieux canal à Ronquières20140726_151252

Illustration 2: Les péniches habitées du bief 27 sont un festival de couleurs

Par contre, sortir de chez cet ami vers minuit et demi (donc le lendemain!), rouler 30 minutes pour se poser à La Bruyère, sur un parking toléré pour les camping cars, et s’écrouler dans le lit pour essayer de dormir…

Le futon est solidement dur. J’avoue avoir dû réapprendre à dormir sur le dos, car la position « chien de fusil » me devenait rapidement difficile. L’application « Park4Night » qui indique des lieux de parking recommandés pour les CC annonçait un camping près d’un cimetière. Hypothèse de base : un cimetière dans un village, ce doit être calme. Mais ça, c’est sans compter :

  1. Sur les deux coqs de la ferme voisine qui se font un concours de chant à partir de 4h du matin…
  2. Sur les traditions qui donnent aux curés de ces villages le droit de sonner la messe du dimanche à sept heure du matin !

Bref, la nuit fut courte.

Après une rapide toilette, premier petit déjeuner à bord. Et là, première mauvaise surprise : au moment où j’ouvre la bonbonne de gaz, une odeur inquiétante envahit l’habitacle. Mais le produit miracle « détecteur de fuite » ne détecte rien. Nous choisissons donc de prendre notre petit déjeuner puis de couper directement l’alimentation de la bonbonne, et de remettre à plus tard l’examen détaillé du problème.

L’examen des alentours nous confirme la description du site. Arrivés au milieu de la nuit, il n’y avait pas grand chose à voir, mais au matin, c’est avec une vue de première qualité sur les tombes voisines que nous nous réveillons.

20140727_082611Illustration 3: Le cimetière de « La Bruyère », première aire de stationnement. Pas un mauvais présage, espérons le.

Il est donc temps de prendre la route, même si nous sommes tous les deux fatigués d’avoir peu dormi et tant travaillé ces derniers temps. Nous ferons donc une journée « courte » en nous rapprochant simplement de Samoëns.

C’est dimanche et il nous faut avitailler avant la fermeture des magasins. Nous nous arrêtons à Pont-à-Mousson et y découvrons une petite bourgade tranquille au bord de sa rivière. Parfait pour une promenade et un pique-nique au grand soleil. Tout en nous offrant une petite frayeur en arrêtant BlueDream à 0,1mm d’une autre camionnette au moment d’un stationnement.

20140727_134757Illustration 4: A Pont-à-Mousson, les pêcheurs jettent leurs lignes à partir de barques recouvertes d’un énorme parapluie/parasol.

Courte étape l’après-midi, avec l’objectif de nous poser vers 16-17h. Petite recherche sur Park4Night : nous ne serons pas loin d’Epinal (que nous avons déjà trop fréquenté lors de nos trajets vers Samoëns). Nous nous orientons donc sur la vallée de la Moselle où un site de parking gratuit pour CC est renseigné « proche des commerces, en bord de rivière, 6 emplacements ». Et voilà comment nous nous retrouvons ce soir à Rupt sur Moselle. Le temps de faire connaissance avec nos voisins allemands (« donc en Belgique, vous parlez français, wallon et flamand »), et français (« pour réparer mes problèmes de fuite de gaz, je les trace avec un briquet »), et je me mets au travail pour retrouver et régler ce problème de gaz. Apparemment, il s’agissait d’un des joints qui était mal serré. En tous cas, plus de fuite, plus d’odeur, plus de sifflement dans le détendeur…

Nous pouvons donc… partir en ballade le long de la Moselle. Petite promenade sans prétention sur le Ravel local (on dit « voie lente » en français de France).

20140727_171751Illustration 5: Le long de la « Voie Lente » locale, un paysage pré-alpin qui présage de la suite du voyage.

Je vous épargne le menu de ce soir, mais pendant que je finis cette note, de bonnes odeurs semblent s’échapper du camion… jusqu’à ce qu’une exclamation (!) me fasse craindre une mini-catastrophe. En fait, l’aire de stationnement « penche » légèrement de tribord vers bâbord, et la casserole d’eau chaude a « glissé » et s’est étalée au sol. Coup de chance qu’elle ne bouillait pas encore. Un petit essuyage plus tard et je trouve un système D pour bloquer les casseroles avec une pince, jusqu’au prochain passage dans un magasin de camping où cette fois, l’achat de cales de surélévation ne sera plus reporté !

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l'enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison...), et conscient de la vanité d'avoir raison.