L’homme qui pensait arrêter les ouragans…

 

Il nous l’avait promis, nous allions voir ce que nous allions voir: avec une politique empreinte de fermeté, le nombre de demandeurs d’asile en Belgique allait baisser. D’ailleurs, sa consoeur et presque co-religionnaire Maggie De Block avait entamé le travail, et on pouvait commencer à fermer les centres d’accueil de FEDASIL.

Las, l’ami Théo va apprendre qu’il ne sert à rien de dresser un mur face à un ouragan. Il lui faudra relire encore Jean de la Fontaine. A force de se prendre pour l’arbre, lorsque

Du bout de l’horizon accourt avec furie
Le plus terrible des enfants
Que le Nord eût porté jusque-là dans ses flancs.
L’Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu’il déracine
Celui de qui la tête au ciel était voisine,
Et dont les pieds touchaient à l’empire des morts.

Le voilà aujourd’hui obligé d’annoncer la réouverture des centres si joyeusement fermés par dame Maggie… face à l’afflux des demandeurs aux portes de notre Royaume.

De quel aveuglement faut-il souffrir pour penser que celui qui s’apprête à fuir des conditions de vie insupportables pour n’importe lequel d’entre nous va se laisser influencer par un discours quelconque de nos dirigeants. Celui qui fuit la mort n’a plus peur de rien, et rien ne peut être pire que ce qu’il fuit.

Notre bonne vieille Europe devrait se réjouir de n’avoir à accueillir que 2% des réfugiés (les autres s’arrêtent dans les pays voisins de leurs pays d’origine). Elle devrait d’autant plus se réjouir qu’il s’agit généralement là d’une population jeune, souvent même qualifiée, mais surtout désireuse de vivre, de travailler, de consommer et donc de contribuer également au développement économique de nos pays.

Mais tout cela, notre Théo Francken national(iste flamand) semble ne l’avoir toujours pas compris. Et à l’inverse des Danaïdes, le voilà condamné à vider par le bas un tonneau qu’il ne cesse de remplir par le haut…

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l'enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison...), et conscient de la vanité d'avoir raison.