marcherefugies_slideLe 27 septembre, c’est la fête de la communauté française de Belgique. Une fête citoyenne, qui célèbre le début de la « révolution belge », une révolution somme toute assez pacifique, qui permit en 3 coups de canons aux hollandais de se défaire de ce qu’ils ressentaient sans doute plus à l’époque comme une charge.

Cette révolution, c’était aussi une révolution citoyenne, qui a débouché immédiatement sur la création de notre monarchie constitutionnelle.

Ce dimanche, il nous est donné l’occasion de faire de cette célébration une véritable fête citoyenne. Une fête qui marque la prise en main par les citoyens de leur propre destin. Une fête pour ceux qui, du Parc de Bruxelles en 1830 au Parc Maximilien en 2015 démontrent que la mobilisation citoyenne précède la mobilisation institutionnelle.

La terre de la Belgique a toujours été une terre de migrations. Aussi loin que l’on regarde, l’histoire nous donne à voir le long défilé des ethnies qui se sont succédées, composant le « melting pot » typique de nos populations. Terre des grandes batailles européennes, il n’y a ici que des « sangs mêlés ». Ici, les francophones s’appellent Volkaert (ou Foucart), et les flamands Lenoir. Les cheveux frisés sont blonds ou roux, les cheveux noirs droits et soyeux… Il n’y a que des métis dans nos rues, et c’est ce qui fait leur beauté.

Demain, à 14h en criant haut et fort « bienvenue » aux réfugiés, nous ne commettons pas un acte de charité. Nous renouvelons un pacte de fraternité avec les femmes et les hommes. Chaque femme, chaque homme, chaque enfant qui arrive ici est un membre de notre famille. Il a perdu sa maison, ne lui faisons pas perdre l’espoir.

Il nous faut être nombreux ce dimanche, pour que les femmes et les hommes politiques de ce pays sachent que ceux qui les élisent leur demandent d’abandonner leurs discours de peur.

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l’enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison…), et conscient de la vanité d’avoir raison.