Cette communication n’est pas sérieuse

Dans un communiqué laconique, le premier ministre belge annonce qu’il maintient des dispositifs sécuritaires qui releveraient chez nos voisins de l’état d’urgence : arrêt des transports publics, fermeture des écoles, accroissement de la présence policière et militaire dans la cité.

Ce qui frappe c’est que ces décisions sont prises pour une semaine, « en leur âme et conscience » par les ministres nationalistes flamands,et sans aucun contrôle démocratique.

Ce qui me semblait ce matin encore un élément anecdotique prend maintenant une dimension nettement plus critique: 18 des personnes arrêtées hier (sur 19) ont été relâchées, ce qui veut bien dire que soit l’enquête n’avance pas, soit que cette menace est de plus en plus théorique.

Comment se fait-il que dans un pays qui se dit démocratique, un sous ensemble du gouvernement puisse prendre des dispositions qui portent atteinte aux libertés fondamentales (de circulation, mais aussi d’information et d’éducation) sans mettre en place en parallèle un processus de contrôle démocratique: pas de convocation du Parlement, pas d’information à la Commission des Affaires Intérieures, … aucun contre-pouvoir, même « de confiance » qui puisse nous dire à nous, les citoyens ordinaires, que ce qui se fait est fait non seulement en fonction de « l’âme » de messieurs De Wever et Jambon, mais aussi en raison d’une situation réellement inquiétante ?

La seule soupe que nous sert Mr Michel est celle d’une parodie de compassion qui justifie des mesures liberticides. Cette aveuglement est pathétique, mais il va surtout permettre à la droite radicale qui nous gouverne de prendre ces mesures sans devoir se justifier.

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l'enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison...), et conscient de la vanité d'avoir raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *