Ce gouvernement va vous faire payer PLUS pour les réfugiés

Un titre comme celui-là sur mon blog va sans doute en faire sursauter plus d’un, mais il me semble important de démontrer une fois de plus l’hypocrisie d’un gouvernement qui bâtit sa politique migratoire sur la peur des étrangers, notamment celle du coût de l’accueil pour chaque citoyen, tout en développant une politique qui coutera beaucoup plus cher à chaque belge pour chaque migrant accueilli.

En effet, si l’opportunité de la fermeture annoncée par Théo Francken de 10.000 places dans les centres d’accueil est fortement discutable (on sait pertinemment bien dans tous les milieux spécialisés que de nouveaux flux arrivent et qu’il faudra bien accueillir ces gens quelque part), elle est surtout remarquable parce qu’elle concerne presque exclusivement les centres gérés par des organisations non gouvernementales et non ceux gérés par FEDASIL, l’agence fédérale d’accueil. Or leur modèle de financement fait que les centres gérés par les ONG coûtent moins cher au citoyen (car une partie des frais dépend des ressources propres de ces ONG) que ceux de FEDASIL. Quand un candidat réfugié est hébergé par FEDASIL, 100% de sa prise en charge repose sur l’ensemble des contribuables, alors que lorsqu’il est hébergé par (par exemple) la Croix-Rouge, une part importante du coût est supporté par l’ONG elle-même (sur base de dons volontaires) et que l’animation y est assurée non pas uniquement par des salariés du gouvernement fédéral (comme dans un centre FEDASIL) mais aussi par des bénévoles.

Un résultat non négligeable étant aussi que les réfugiés accueillis par les ONG sont généralement mieux traités, mieux accompagnés dans leur parcours d’intégration et plus à même de contribuer rapidement au renforcement de l’économie nationale.

En prenant la décision de fermer les centres gérés par les ONG, le gouvernement est donc triplement contre-productif:

  1. Il augmente le coût du système d’hébergement pour le contribuable en le confiant au réseau qui dépend le plus du financement fédéral;
  2. Il baisse le niveau d’intégration des migrants en mettant moins de personnel d’aide à l’intégration dans leur encadrement;
  3. Il rendra plus problématique l’accueil des nouveaux migrants que l’Europe ne pourra de toute manière pas contenir et qui sont déjà à l’heure actuelle en train de naviguer au large de la Méditerranée.

Mais évidemment, ce n’est pas sans raison que la N-VA prend cette mesure. En coupant les vivres aux ONG qui gèrent les centres, le gouvernement baillonne des lieux qui à ses yeux sont des centres de subversion. Les travailleurs des ONG sont des témoins directs et indépendants de la vie des migrants. Ils ne sont pas obligés de danser comme Théo Francken chante. Et ça, c’est bien entendu pain bénit pour ceux qui fondent leurs succès électoraux sur la peur et la haine de l’autre.

Et ce n’est malheureusement pas la mort de Jo Cox en Grande-Bretagne qui changera quoi que ce soit à ce triste constat.

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l'enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison...), et conscient de la vanité d'avoir raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *