Lampiris… la fin des illusions

J’ai compté parmi les premiers clients de Lampiris, dans les 3 mois qui suivaient la libéralisation du marché de l’énergie à Bruxelles. Nous avions choisi la firme liégeoise pour ses valeurs et ses choix clairs de fournir de l’énergie 100% verte quand tout le monde ne le faisait pas encore, et de le faire dans un circuit aussi local que possible. Mais cette après-midi tout a changé…

Avec l’annonce du rachat de Lampiris, avec effet immédiat, par le groupe Total, la firme « liégeoise » devient complice des crimes commis par Total en Birmanie, de la catastrophe de l’Erika, de corruption à grande échelle en Lybie, j’en passe et des meilleures. C’est un immense sentiment de dégoût qui m’a envahi car de toutes les factures que je paie chaque mois, celle de Lampiris me paraissait toujours un peu plus « légère » parce que justement je pensais contribuer à une firme aux valeurs affirmées.

Bien sur, je n’avais pas trop bien compris pourquoi son patron avait absolument voulu se mêler de foot, mais lorsque l’on connait un peu la mentalité liégeoise, cela pouvait encore lui être pardonné. Mais renier ses valeurs pour se faire racheter de cette manière…

J’invite donc mes lecteurs à réfléchir à leur approvisionnement en énergie et, si ils étaient clients de Bruno Venanzi, à se demander si ils doivent vraiment devenir des sources de revenus pour Thierry Desmarets, dont les démêlés avec la justice renvoient surtout à des tractations douteuses en Iran et ailleurs…

Lampiris a décidé d’envoyer un courriel à tous ses clients, ce courriel commence par les mots « une nouvelle aventure commence ». Je vous livre ci-dessous le contenu de ma réponse:

Une aventure va surtout se terminer…

Je suis totalement écoeuré d’apprendre qu’un fournisseur que j’avais choisi pour ses valeurs (quitte à ne pas toujours payer le prix le moins élevé), et pour lequel j’ai fait énormément de publicité, se laisse racheter par une des entreprises les moins scrupuleuses au monde, dont les profits baignent dans le sang de travailleurs exploités aux quatre coins (les plus pauvres) du monde.

A l’annonce du rachat de lampiris par Total, j’ai immédiatement commencé à chercher un fournisseur alternatif. Nous aurons en famille ce soir une discussion sur ce thème et je suppose que vous recevrez la résiliation de mon contrat dans les prochaines semaines.

Dégouté…

Les réactions sur le mur Facebook de la firme ex-liégeoise en disent long sur les sentiments de leurs clients. En quittant Lampiris, nous envoyons un signal fort à Total, je serais étonné qu’ils aient parié sur une perte significative de clientèle en rachetant le fournisseur belge.

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l’enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison…), et conscient de la vanité d’avoir raison.

One thought on “Lampiris… la fin des illusions”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *