Liberté d’expression et anonymat

Pour une fois, une petite réflexion destinée spécialement à mes commentateurs anonymes. Je l’ai dit et répété, je n’ai aucun souci à relayer dans les commentaires des avis opposés aux miens, à la seule condition qu’ils ne soient ni anonymes, ni insultants. Si la seconde condition me semble couler de source, je voudrais insister sur l’incompatibilité entre anonymat et liberté d’expression.

Un de ces commentateurs anonymes m’écrit que son anonymat est lié à sa volonté de préserver sa vie privée. Et je crois qu’il touche là un ensemble de relations très intéressant:

  • la liberté d’expression est précisément le droit pour une personne de pouvoir s’exprimer sur toutes choses sans pouvoir être inquiété en raison de ce qu’il a exprimé (avec cette restriction que la loi prévoit pour l’appel à la haine et l’incitation directe à la violence);
  • la protection de la vie privée est également un droit fondamental, qui s’exerce de deux manières: d’une part, nul ne peut être forcé à exposer sa vie privée, d’autre part, nul n’a le droit (sauf exceptions prévues par la loi) de s’immiscer dans la vie privée d’un autre sans son autorisation;

On voit bien que mon détracteur anonyme fait ici une erreur épistémologique: il croit qu’en dévoilant son nom (donc en exerçant pleinement sa liberté d’expression), il va mettre en danger sa vie privée. Mais dans notre état de droit, aussi longtemps qu’il n’expose pas sa vie privée, celle-ci reste protégée, si ce n’est matériellement, au moins en droit. Et si quiconque devait attaquer sa vie privée, celui-là se mettrait dans l’illégalité.

Voilà donc pourquoi, chers Mazure, Joseph et autres anonymes vos commentaires ne seront pas publiés aussi longtemps que vous ne ferez pas un usage correct et complet de votre liberté d’expression…

Publié par

Dominique Foucart

Enseignant (Sciences Economiques, Sciences Humaines, Langues Modernes) dans l’enseignement secondaire général et technologique. Curieux de tout, avec souvent une opinion assez tranchée, mais amoureux des débats (surtout lorsque je pense avoir raison…), et conscient de la vanité d’avoir raison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *