Il nous manque une banque…

Tout qui a eut affaire aux banques sait combien ces institutions traitent généralement avec arrogance les quidams qui n’ont pas de fortune à leur confier. Les banques généralistes participent allègrement à la fois au manque de financement de projets porteurs d’avenir, tout en finançant la surconsommation de biens généralement produits dans des conditions inacceptables et en créant chez leurs clients les conditions de l’entrée dans le surendettement.

Lorsqu’elles ont été confrontées aux conséquences de leur inconséquence, les banques se sont retournées vers les Etats qui, par peur d’une sois-disant faillite (dont on ne sait toujours pas ce qu’en auraient été les conséquences réelles), ont généreusement ouvert leurs bourses (financées par ceux-là même auxquelles les banques refusent le moindre prêt ou la moindre rémunération décente de l’épargne). Et dès lors qu’elles ont retrouvé un peu de couleurs… leur management retombe dans les mêmes errances de rémunérations démesurées tout en soutenant toujours aussi peu le développement économique durable.

Si par malheur (pour elles) un mouvement citoyen se forme et tente d’apporter une réponse alternative, sous la forme d’une banque durable, citoyenne, créée et contrôlée par ceux qui bénéficient de ses services, un vrai mouvement de panique s’installe. Car c’est vrai, la presse en parle, les gens en parlent… cela pourrait peut-être se faire. Ce monstre finit par avoir un nom, et par rassembler peu à peu de l’argent. Suffisamment que pour pouvoir rêver de passer le cap.

Ce serait oublier que le secteur bancaire est de facto autorégulé. La création d’une nouvelle banque, ça ne se fait qu’avec l’accord de l’organe de contrôle des banques, lui-même contrôlé par la Banque Nationale, elle même dirigée principalement par une clique de banquiers… Alors le premier d’entre eux, Luc Coene, le Gouverneur de la BNB, ne disposant d’aucun argument matériel pour arrêter le mouvement citoyen, use de l’argument d’autorité. « Il y a déjà trop de banques ». Voilà un excellent argument ! C’est justement cette banque là, la banque de trop. Ce n’est pas le CréditCommunalDexiaBelfius qui a plombé le budget de nos concitoyens et de nos collectivités pour les 20 prochaines années, ce n’est pas la SociétéGénéraleFortisBNPParibas qui a démantelé des milliers d’emplois, ce n’est pas CitiBeoBank qui a entubé jusqu’à un ex-premier ministre avec ses propositions mensongères de placement sans risque qui se cassent la figure au premier virage… La « Banque de Trop », ce doit surement être New-B, cette banque que des citoyens veulent créer de leurs propres deniers, dont ils veulent confier la gestion à des associations impliquées dans les projets responsables et durables, qui risque de ne pas danser sur la musique de Mr Coene…

Alors il faut réagir !

Il  nous manque une banque, il nous manque New-B et il faut que cela se sache.

La pétition c’est ici

Le thunderclap c’est 

On compte sur vous pour clouer le bec à Mr Coene et contribuer à la naissance d’une banque vraiment au service des citoyens.