Ciels de passages

Je photographie depuis des années les ciels de Samoëns. Cette semaine  aux nuits particulièrement longues aura été particulièrement généreuse en lumières magiques.

Chaque jour, je vous en ai présenté l’une ou l’autre, sur ma page Facebook. Aujourd’hui, je voudrais vous proposer un florilège de ce que fut cette semaine.

D’abord quelques photos prises dans la vallée, là où les nuages se sont longuement installés, tout en jouant à cache cache avec le bleu du ciel.

Puis une série de photos prises en altitude, souvent au dessus des nuages, en les regardant flotter comme une mer d’ouate qui nous cacherait les vicissitudes du quotidien.

Et puis aujourd’hui en particulier, il y avait aussi ces superbes nuages lenticulaires qui enrobaient le Mont Blanc, comme si des visiteurs d’un autre monde voulaient partager avec nous le spectacle de la nature.

Tous ces ciels marquaient pour moi une série de passages, parallèles et concomitants à l’entrée en 2015. Si l’une ou l’autre de ces photos peut vous apporter un peu de beauté pour commencer cette année, alors, je ne regretterai certainement pas de les avoir partagées avec vous.

Cette fois, nous sommes partis (ou presque)… mon vieux Milou !

 

IMAG0573

Ca y est: le pas décisif, le point de non retour du projet est franchi… Nous voilà propriétaire de la « Caisse » à partir de laquelle va se construire notre camping car.
Un Fiat Ducato 2.3 Multijet de 120 CV, datant de 2010 et avec seulement 49.000 km au compteur.

Dans la dernière ligne droite, il était resté en compétition avec un Renault Master, lui aussi de 2010, de 125 CV et avec 85.000 km. Mieux équipé, et avec deux sièges installés dans la cabine, il tenait la corde avant les dernières mesures.

Mais le départage s’est fait sur la base de:

  1. Le Master a eut au moins un incident sérieux nécessitant le remplacement d’une porte arrière;
  2. Il est plus étroit de 10 cm (et ça veut dire un lit de maximum 180 cm de long au lieu de 190 pour le Ducato) et plus court de 10 cm aussi, soit un demi mètre carré de moins au total, ce qui compte dans une aussi petite surface;
  3. Les 3 places du Ducato jouent en sa faveur pour le court terme: plus de place pour rouler aussi longtemps qu’une vraie banquette camping-car n’est pas installée à l’arrière (gros investissement de 3.000 euros);
  4. Beaucoup plus de pièces adaptées pour le Ducato qui équipe 80% des camping cars actuels que pour le Master, en perte de vitesse sur le marché;
  5. Et bien entendu, finalement les 40.000 km de moins roulés par le Ducato.

Les options supplémentaires du Master ne justifiaient pas de changer d’avis. La seule qui aurait pu me faire bouger aurait été la présence d’un cruise control – qui va me manquer dans un cas comme dans l’autre. Mais ils sont rares sur ce genre d’engin.

Livraison attendue, samedi prochain 17 mai. il restera alors deux mois et une semaine pour l’équiper « a minima » et pouvoir partir cet été, aussi bien à Samoëns qu’en Grèce…

Méditation vespérale

Rive du Giffre au crépuscule
Rive du Giffre au crépuscule

C’est en « décrassant » de ma journée de ski que je me suis arrêté au bord du Giffre, et que je me suis couché sur le tronc d’un vieil arbre qui n’a pas survécu à la force du torrent lors de sa dernière crue.

J’aimais particulièrement la lumière en cette fin d’après-midi. Le contraste entre le sol qui semble déjà plongé dans la pénombre, le sommet des arbres qui est encore baigné de soleil, et ce petit îlot de verdure, avec sa souche qui fait un peu songer à un gros bovin qui aurait décider de s’y reposer.